La Grande Muraille de Chine : un des plus beaux monuments réalisés par l’humanité

| |

Connue comme l’une des sept merveilles du monde, la Grande Muraille de Chine fascine tout le monde. S’étendant sur des milliers de kilomètres, elle serpente à travers le pays, tel un immense dragon.

Un peu d’histoire

Couvrant une grande partie de la frontière nord de la Chine, la Grande Muraille, connue en Chine sous le nom de « La longue muraille de dix mille li », a été ordonnée à l’origine par un empereur mégalomane, Qin Shi Huangdi (Qin le Premier Empereur), celui qui s’est d’ailleurs fait enterrer avec son armée en terre cuite grandeur nature. Il avait la folie des grandeurs, dit-on. En fait, il y avait surtout la menace des envahisseurs « barbares » à cette frontière du Nord.

La longueur de la grande muraille fait débat. On parle souvent de 5 000 kilomètres, ou de 6 700 km, ce qui est vrai si l’on compte la construction de la Dynastie Qin de 221 à 206 avant J.C.. Mais en réalité, la Grande Muraille de Chine a été construite sur une très longue période, sous plusieurs dynasties. Mis bout à bout, on obtient une longueur totale de 21.196 km, c’est en tout cas le chiffre officiel donné en 2012 par l’Administration Nationale du Patrimoine Culturel de Chine.

Pourquoi faut-il visiter la Grande Muraille ?

Le fait que la Grande Muraille de Chine soit la plus longue construction du monde, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO et l’une des sept merveilles du monde est déjà une raison en soi de s’y rendre. Ceux qui l’ont déjà vue, généralement à Badaling, au nord-est de Pékin vous décriront un monument impressionnant, puissant, superbe et la qualifieront de tout un tas d’autres superlatifs. En réalité, il est presque impossible de décrire l’impression que donne la Grande Muraille lorsqu’on s’y trouve.

L’histoire de la Chine est profondément ancrée dans ce lieu. En effet, la Grande Muraille est plus qu’un simple mur. De la frontière de Corée au désert de Gobi, elle forme une frontière, renforcée à intervalles réguliers de tours de guet et entrecoupée de portes monumentales, qui ne peuvent que rappeler sa fonction militaire dont le but était de protéger la Chine des envahisseurs.

Si vous aimez profiter de magnifiques paysages, vous serez servis. La plupart des sections ouvertes au public ont été construites le long de crêtes montagneuses offrant de magnifiques paysages. La Grande Muraille de Chine est l’endroit idéal pour les amateurs de photographie. Badaling, Mutianyy, Jiankou, Jinshanling et Simatai sont les meilleures sections pour prendre de superbes photos. L’été et l’automne sont les saisons idéales pour les prises de vue.

Si vous êtes un touriste courageux, vous apprécierez de vous rendre sur les sections de Badaling ou de Mutianyu qui vous offriront au moins deux heures de marche. Et pour les sportifs, certaines sections sauvages seront à privilégier, comme celle de Jiankou qui s’étend sur 20 km de montée escarpée mais offrant la récompense d’un paysage à couper le souffle.

Légendes et idées reçues

Entre réalité et fiction, on entend beaucoup de choses au sujet de la Grande Muraille de Chine, notamment le fait qu’on peut la voir depuis l’espace ou que des corps y sont enterrés. Au risque de vous décevoir, beaucoup de choses que l’on raconte sur ce monument sont fausses.

Bien que gigantesque, la Grande muraille de Chine n’est pas visible depuis l’Espace en raison de sa faible hauteur et son étroitesse. En raison de son nom, on pense que ce monument n’est qu’un long mur, mais c’est faux, c’est en réalité de nombreuses sections de murs qui sont pour la plupart en grande partie détruites et envahies par la végétation. Ce que l’on peut voir en tant que touriste ne représente qu’une part infime de la grande muraille. D’ailleurs, ce n’est même pas un mur à proprement parlé. Il y a bien des sections autour de Pékin qui le sont, mais à l’ouest, plus de brique ni de pierre, c’est de la terre parfois moulée, parfois rien du tout.

De plus, alors que la grande muraille a été érigée dans le but de défendre la Chine, elle n’a en fait jamais empêché aucune invasion. D’ailleurs, les Mongols ont pu passer le mur en 1449, infligeant aux Ming une sacrée défaite. Les rumeurs de cadavres enterrés dans la Grande Muraille sont également fausses. En effet, aucun ossement n’a jamais été retrouvé et il n’existe aucune preuve archéologique ni aucun écrit relatant ces faits. Tout cela démontre bien que cette frontière, construite sur près de 2 millénaires, fascine toujours autant.

Précédent

Voyage en Chine

La Chine, un paradis pour les amateurs de cuisine asiatique

Suivant

Laisser un commentaire