[E:commerce] Jack Ma va animer notre 11 novembre Français

 
 

Jack Ma, cofondateur du géant tech chinois Alibaba, prend sa retraite en septembre 2019. Mais en attendant le charismatique PDG d’Alibaba va lancer la version française de sa place de marché AliExpress et ça sera le 11 novembre 2018. 


 

Photo prise à la volée en Chine dans un centre de formation numérique. 

"Les autres peuvent copier mes idées mais ne peuvent pas copier mes défis personnels."

La date de lancement choisie pour le AliExpress.fr est symbolique: le "11.11" est, en Chine, le "jour des célibataires". C’est aussi la date « porte bonheur » pour Alibaba qui explose chaque année ses records de ventes.

Ali baba fait peur à tous les acteurs de E-Commerce, Amazon en tête car l'americain a une grosse part de marché sur le sol français. Le géant du e-commerce chinois n’affichait jusqu'ici qu’une version sommairement traduite en français de son site, qui propose des milliers d'articles à des prix souvent dérisoires. Jusqu'à aujourd'hui, cette version mal dégrossie de la plateforme n'était utilisée en France que par des initiés dont votre serviteur pour les panneaux solaires qui chauffent maintenant ma douche. Rien à redire, c'est pro! Long pour la livraison mais quelle économie ! 

AliExpress : Comment ça marche ?

AliExpress fonctionne sur le modèle de la "marketplace". Contrairement à Amazon ou Cdiscount, il ne vend rien en direct, mais sert de plateforme à des milliers de marchands. On y trouve de tout, forcément "made in China". Mais surtout - c’est ce qu'affectionnent tout particulièrement ses clients pros - on peut y passer des commandes en gros, directement auprès de fournisseurs chinois. Avec de juteux rabais à la clé. Finis les multiples intermédiaires qui font de la marge sur le dos des consommateurs (français dans le cas présent)

Comme en Chine, Alibaba a pour ambition de proposer une grande variété de familles de produits sur AliExpress.fr. Mais, cette fois-ci, l'offre sera adaptée aux goûts français.

Le géant chinois devrait se mettre à la recherche de partenaires commerciaux français sur l’exemple de sa participation de 36% dans Sun Art, la filiale d'Auchan en Chine, pour 2,45 milliards d’euros. Mais pour ses débuts  AliExpress.fr sera irrigué par 80% de vendeurs chinois qui stokerons leurs produits dans le nouvel entrepôt européen que l'entreprise fait construire à Liège, en Belgique. Un emplacement choisi pour sa position centrale en Europe et tout proche d'un aéroport bien relié. Ce gigantesque hangar sera piloté par Cainiao, le bras logistique d'Alibaba. Ce schéma logistique devrait permettre à Alibaba de raccourcir considérablement les délais de livraison pour les clients français.

L’objectif d’Ali Express : livrer en France depuis la Chine en moins de 72h

Sébastien Badault, le directeur d'Alibaba France, nous le déclarait récemment : "Notre objectif au niveau mondial est de livrer, à terme, en moins de 24h en Chine, et en moins de 72h partout dans le monde" Pour l'heure, Alibaba ne compte qu'une trentaine de salariés dans ses bureaux de la rue Réaumur, à Paris. La mission de cette équipe resserrée, pour un groupe qui compte environ 30 000 collaborateurs dans son siège de Hangzhou, consiste essentiellement à convaincre les entreprises tricolores d'écouler leurs produits en Chine. Désormais, avec l’ouverture d'AliExpress.fr, la filiale française verra ses effectifs s'étoffer très rapidement, de nombreux recrutements étant déjà en cours.  Jack Ma a déjà bien rodé son modèle avec les versions espagnole d'AliExpress, où il a pris de fortes positions. En Espagne, premier pays européen où il s'est lancé avec des équipes dédiées, AliExpress s'est hissé à la troisième place des sites de e-commerce, et c'est ce succès qu’Alibaba aimerait reproduire en France. 


 





ECOUTER LE DIRECT

EN CE MOMENT: