Chenggang "Mario" Ma, le Chinois qui n'a pas pu quitter Bordeaux

 
 

Ultime étape de notre enquête sur la Chine et le vin, une rencontre surprenante alors que j'étais au château La Rivière à Fronsac, pour savoir comment le domaine s'était relevé du tragique accident d'hélicoptère qui, en décembre 2013, s'était abîmé dans la Garonne, entrainant la mort de ses occupants. A bord se trouvait James Grégoire, l'ancien propriétaire qui venait de conclure sa vente, Lam Kok, milliardaire chinois qui venait de l'acheter et son fils de 12 ans Shun Yu, ainsi que Peng Wan, qui dirigeait les activités de son groupe en France.  


En arrivant dans la belle cour intérieure, je vois deux vans 7 places garés devant la maison d'hôtes, dont descendent une dizaine de Chinois. M'enquérant de leur présence en ces lieux, je rencontre Chenggang Ma, qui fait le guide et le tour operator, dont le sourire et la ronde figure ne sont pas sans rappeler certaines représentations du Bouddha. Il m'explique qu'après une formation en oenotourisme en 2010, la région lui a tellement plu qu'il a cherché comment y rester. Il a donc fondé la société Owin, qui propose aux touristes chinois des programmes sur mesure dans le Bordelais, avec hébergement, dégustation et initiation à l'oenologie. L'oenotourisme est actuellement en plein développement en Aquitaine, et renforce l'économie viticole. Xavier Buffo, directeur général du château La Rivière m'a indiqué qu'il représentait désormais 15% du chiffre d'affaires de la propriété et celui-ci est garanti sans grêle, sans accident climatique, et que cette proportion n'est sans doute pas arrivée à son maximum.

Alors que les nouveaux arrivants se pressaient dans la somptueuse piscine qui domine le domaine, je l'ai donc entrainé à l'écart pour qu'il nous raconte son histoire, celle d'un Chinois tombé amoureux de la région bordelaise, et qui y a même rencontré sa femme, qui travaillait dans un château de Saint-Emilion.

 

http://owin.fr/





ECOUTER LE DIRECT

EN CE MOMENT: