L’île de la Réunion. Un espace multiculturel dans l’océan indien

 
 

Voici un carnet de voyage pour nous faire oublier les rigueurs de l’hiver 

Un voyage au beau milieu de l’océan indien sur l’Ile de la Reunion !

 

"La Réunion, l’île intense" est une terre de contrastes et de diversité. Ce joyau de l’océan Indien s’affiche sur ses 2 512 km² comme l’un des territoires, le plus unique, des départements et régions d’outre-mer. La reunion invite dans la douce chaleur du soleil austral à vivre des aventures sans modération à travers ses multiples expériences passionnantes et insolites.


La Réunion est envoûtante, multi-ethnique, authentique, sa culture se conjugue au pluriel Terre de métissage ethnique remarquable. La Réunion est composée d’une population originaire des quatre coins du monde : Afrique, Europe, Inde, Madagascar et Asie avec une grosse communauté chinoise.

  

Les Chinois  constituent une communauté de l'île de La Réunion. Il s'agit le plus souvent de descendants des populations d'origine cantonaise qui ont immigré depuis la Chine à la faveur du schéma engagiste à compter du milieu du xixe siècle. Dans la très grande majorité des cas, les Chinois sont Français et n'ont pas la nationalité chinoise. Aujourd'hui, la loi interdisant les statistiques ethniques en France, il est difficile de dénombrer le nombre de personnes qui compose la communauté chinoise sur l’Ile de la Réunion avec précision, on estime cette communauté à 3 % de la population réunionnaise. Si quelques-uns sont originaires du Fujian, notamment ceux de la première vague, la majorité d'entre eux vient de la province du Guangdong (Sud de la Chine), mais il faut distinguer deux groupes linguistiques, dont les Nam Sun issus du sud-est de Canton et qui se sont implantés dans la région Nord et Est.

La communauté la plus importante, constituée de Nam Sun, se trouve historiquement à Saint-Denis autour de la rue Sainte-Anne.


Les familles dont les ancêtres se sont installés depuis longtemps à la Réunion peuvent avoir des patronymes occidentaux, soit du fait de ce métissage, soit du fait d'une francisation (exemple : Law devenu Lao, Lo, Lau). Par contre, les Petits Blancs ayant des patronymes à consonance chinoise ont nécessairement un ancêtre chinois

Les Chinois de la Réunion peuvent donc avoir des origines de l'espace francophone appelé autrefois l'Indochine.

Dans les années 1980, plusieurs associations culturelles se créent ou se réactivent : par exemple, l'AROC (Association des Réunionnais d'Origine Chinoise) ou l'Amicale de l'école franco-chinoise à Saint-Paul, qui proposent aussi des cours de mandarin. Ces associations sont à l'origine d'un regain d'intérêt pour la culture et les origines chinoises à travers notamment des voyages organisés.

Coté cuisine , certains plats font partie du patrimoine gastronomique réunionnais : le chop suey, le riz cantonais, le sauté de mines (炒面 / 炒麵, chǎomiàn, « nouilles sautées »), le bol renversé, les bouchons, les sarcives.

Enfin , pour l’anecdote, durant l'Entre-deux-guerres, les Chinois de la Réunion contribuèrent activement, avec les femmes, au développement du basket-ball dans l'île.


De quand date la présence chinoise à La Réunion ?

Elle débute de manière anecdotique en 1760 par la mention qui est faite dans les annales de deux « femmes chinoises » à La Réunion ; elles auraient été en fait deux "esclaves affranchies"…

Plus tard, les colons sentant bien que les jours de l’esclavage sont comptés, se lancent dans l’aventure de l’engagisme. En 1843, le gouverneur Bazoche prend un arrêté autorisant l’introduction de 1000 travailleurs chinois engagés. En fait il n’y eut au début, en 1844, que 500 travailleurs engagés en provenance de Malaisie.

Cette première immigration ne connut pas un grand succès. Dès 1846, l’administration coloniale y mit un terme parce que les engagés s’étaient rebellés : « Les conditions de vie et de travail dans les plantations n’étaient pas très éloignées de celles que connurent les esclaves africains ou malgaches. La recherche de la rentabilité à tout prix étant la principale motivation des maîtres ou propriétaires des plantations » (1). Il en sera de même en 1901 pour une nouvelle tentative d’engagisme : arrivés au nombre de 812 les engagés de Fuzhou se révoltèrent et finirent par quitter l’île.

 


Vue sur l'océan a 2000 metres d'altitude

Une petite Chine à l’île de la Réunion

L’histoire de La Réunion a mené les descendants des immigrés chinois sur la voie de l’intégration, voire de l’assimilation, mais depuis, les temps ont changé : la Chine suivant l’expression de Napoléon 1er s’est « réveillée », s’est ouverte sur le monde et a entrepris à pas de géant son développement économique ; ni l’Europe, ni les États–unis, entre autres, ne peuvent à l’heure actuelle se passer des échanges avec la Chine.

En même temps la France et, par voie de conséquence, La Réunion se sont ouvertes sur la Chine. Citons quelques exemples : un Consulat général de Chine (RPC) s’est ouvert à Saint-Denis ; La Réunion est devenue une destination touristique agréée par la Chine ; l’enseignement du chinois se développe dans les établissements scolaires ; un institut Confucius a été créé à l’université. Des perspectives intéressantes sont offertes au développement des échanges culturels, sportifs, économiques.

 


Le cirque de mafate. Village isolé ravitallé par Helicoptere: la tranquilité absolue

En août 2009, le consul de Chine, Zhang Guobin, était en visite à la Réunion pour annoncer l’ouverture d’un consulat général de Chine à St-Denis (chef lieu). Ce sera le second consulat d’Outre-mer française, après Tahiti.

Cette annonce a répondu aux attentes de plusieurs générations d’immigrants et de leurs héritiers. Ces derniers demandaient depuis des années des facilités pour se rendre en Chine et pouvoir renouer avec leurs familles restées là-bas. La Fédération des Associations Chinoises (FAC) de la Réunion avait également manifesté son souhait de voir s’accentuer les relations entre la Région Réunion et la Chine.

Le nouveau Consulat Général, qui a ouvert ses portes en octobre 2009, va faciliter l’accès aux formalités et obtentions des visas dans les deux sens. Le défi de l’île en 2010 sera d’obtenir le statut de Destination Touristique Autorisée (DTA) pour La Réunion, qui ne fait pas partie de l’espace Schengen, afin de favoriser l’arrivée de Chinois à La Réunion.

Cette institution va également permettre d’accentuer les relations sino-réunionnaises tant au plan économique que culturel.

 


 

 

Une cascade d'eau douce et une piscine naturelle qui se jette dans l'ocean. 


Partout des marchands de glace qui assurent l'ambience musicale pour toute la plage


Coucher du soleil en Saint-Pierre. Ici, c'est un rituel tous les soirs. En famille , entre amis , ou meme seul, le dernier bain de la journée se fait en admirant le soleil couchant. 

 

 

L'océan Indien est du genre "remuant". Ce qui n'impressionne pas du tout les locaux ! 


 


Partout sur l'Ile la presence de l'activité volcanique impressionne





ECOUTER LE DIRECT

EN CE MOMENT: