[Environnement & Société] La politique chinoise « zéro enterrement »

 
  • Auteur
  • RFI
  • 10 août, 2018
 

L’objectif annoncé du gouvernement chinois, d’ici à 2020, est d’atteindre 50% de funérailles écologiques. Outre une sensibilisation croissante à la crémation, la police s’est lancée dans une opération qui consiste à s’attaquer, à l’aide de pelleteuses, à des tas de cercueils pour les réduire en morceaux, dans les décharges. Actuellement, des vidéos circulent sur les réseaux sociaux, montrant des séniors s’accrochant désespérément à leur future demeure. Il faut rappeler qu’à la campagne, beaucoup de Chinois économisent toute une vie pour s’offrir un cercueil…

Afin d’atteindre ces objectifs, certains gouvernements locaux, comme dans la province du Jiangxi, appellent les Chinois à échanger leur cercueil contre une somme de 200 euros, au risque de se voir confisquer définitivement leurs cercueils.

Le gouvernement central offre aussi des « croisières funéraires » (500 euros) où jusqu’à six personnes, d’une même famille, peuvent se rendre en mer pour disperser les cendres des défunts. Autre option, toujours subventionnée, des arbres sont proposés en remplacement des pierres tombales, au dessus -non plus de cercueils- mais d’urnes biodégradables.

La politique environnementale de la Chine s’attaque à pratiquement tous les domaines, quitte à se mettre à dos une partie de la population et les journaux d'Etat. 





ECOUTER LE DIRECT

EN CE MOMENT: