[Entreprises] Le laitier chinois Biostime veut nourrir les bébés français

 
 

Devenue depuis quelques années « l’Eldorado » des coopératives laitières normandes, la Chine a considérablement accru ses partenariats avec des entreprises étrangères pour assurer son approvisionnement en lait infantile. Un exemple parmi d’autres : la coopération entre la coopérative normande d'Isigny Sainte-Mère et H&H (ex-Biostime), la cinquième marque de lait infantile en Chine, qui ont créé en 2015 une première unité de production commune.

Trois ans après l'ouverture de cette unité de production dédiée au marché chinois, les deux partenaires doublent la mise. Un second site de lait infantile doit voir le jour en 2020. "On a prévu sur ce nouvel site de faire environ 20 000 à 25 000 tonnes additionnelles", explique Daniel Delahaye, directeur général de la coopérative qui prévoit d’embaucher une centaine de personnes l'an prochain.

Mais cette fois-ci, cet agrandissement n'est pas destiné à répondre aux besoins du marché chinois. Le groupe chinois a en effet décidé de conquérir des parts de marché directement en France et plus particulièrement dans les pharmacies. Le lait normand de la marque chinoise pour bébé, déjà présent depuis avril 2017 dans des magasins bio, fera en effet son apparition à la rentrée dans les rayons des pharmacies françaises. 

Ce ciblage est lié à l'éventualité d'une classification du lait maternisé en médicament, suite au scandale du lait contaminé de Lactalis. La coopérative normande a d’ailleurs également décidé de se doter d'un nouveau laboratoire qui devrait voir le jour d'ici quelques mois. 





ECOUTER LE DIRECT

EN CE MOMENT: